Entrez seulement

Les gens vivent dans des appartements ou des maisons, le plus souvent derrière des murs en pierre, et disposent en général d’eau courante. Il y a toutefois des exemples qui s’écartent de ces stéréotypes. Cinq portraits dans le canton de Berne.

Ueli Schenk, Röthenbach

« Grand-mère Hanni est née en 1926 et a passé les 30 premières années de sa vie ici, à Sahlenweidli, sans eau courant ni électricité. Mon père a également vécu ici jusqu’à ses 6 ans. Aujourd’hui, il y a l’électricité, mais tout le reste n’a pas changé. La maison de 1762 est une expérience formidable pour nos vacanciers, et permet un voyage dans le temps : on peut cuisiner sur le potager, chauffer avec le poêle à bois et faire sa lessive dehors, près de la fontaine. Il y a un an, ma femme Christine et moi avons repris de mes parents Hans et Helene le Sahlenweidli et la ferme de Sahlen, qui nous exploitons avec des brebis laitières. Grand-mère Hanni vient encore chaque jour au Sahlenweidli avec son rollator pour s’assurer que tout va bien. »

  • Trois générations sous un seul toit : le père Ueli, la mère Helene, la grand-mère Hanni, le vacancier Elea, sa femme Christine et Ueli Schenk (de g. à d.).
    Trois générations sous un seul toit : le père Ueli, la mère Helene, la grand-mère Hanni, le vacancier Elea, sa femme Christine et Ueli Schenk (de g. à d.).
  • Que ce soit pour du thé, du café ou des pommes de terre en robe des champs, l’eau est prise à la fontaine devant la cuisine.
  • La cuisine sert jusqu’à aujourd’hui à la préparation des repas, mais aussi pour le fumage de la viande – autrefois, une méthode de conservation efficace.
  • Christine et Ueli Schenk sont de jeunes mariés et exploitent la ferme des parents d’Ueli : « Nous élevons des brebis laitières selon les directives de Bio Suisse. »
  • L’une des trois chambres à coucher – le Sahlenweidli – a servi, en 2004, de décor à l’émission de la SRF « Leben wie zu Gotthelfs Zeiten. »
  • Le poêle dans la chambre à coucher chauffe également la bouillotte et le fer à repasser – le Sahlenweidli a jadis appartenu aux filles de Jeremias Gotthelf.

Matthias Steinmann, Schlosswil und Ursellen

« Le château de Wyl doit rester ouvert au public. C’est dans cet esprit que j’ai acquis le domaine à Konolfingen, en 2011, et l’ai réaménagé, notamment avec des meubles et des tableaux de la Renaissance. Le nom Steinmann est issu d’une lignée de paysans de la région de Gysenstein. Même si j’ai grandi à Berne et à Samedan, j’ai été attiré par cette région. J’habite depuis 36 ans dans le château d’Ursellen. Le château de Wyl est, pour ainsi dire, mon château de travail, qui peut être loué pour diverses manifestations : de meetings professionnels à des assemblées générales, en passant par des fêtes d’anniversaire. Il convient également très bien pour des mariages. En outre, un appartement est à disposition au dernier étage pour les hôtes de ma fondation. Le fait que Gysenstein soit situé pile à mi-distance entre mes deux châteaux est probablement plus qu’un heureux hasard. »

Prise de vue extérieure : Felix Brodmann, Berthoud

  • La première mention du château de Wyl date de 1146. À ce moment, il était propriété des seigneurs de Wiler. L’appartement se trouve aujourd’hui au deuxième étage.
  • La « Chambre Renaissance » abrite notamment un coffre de 1730 ainsi que plusieurs fauteuils et un canapé confortables.
  • Le château de Wyl possède également une bibliothèque, dans laquelle on peut se détendre sur un canapé de la fin du XVIIIe siècle.
  • L’une des deux chambres à coucher : des tableaux anglais, écossais et français décorent cette chambre à coucher de la bourgeoisie bernoise.
  • Deux fois châtelain : Matthias Steinmann dans le château d’Ursellen, qu’il a acquis en 1980 et qu’il habite. Plus de 30 ans plus tard, il a également acquis le château de Wyl.

Valérie Flück, Tramelan

« J’aime être assise dans le canapé et me laisser chauffer par le soleil du soir qui entre par les grandes fenêtres. Je suis fascinée par la lumière qu’il y a ici, la clarté et la hauteur des pièces. Ici, mon mari Julien et moi nous sentons libres. Chacun a son propre atelier. Julien pour ses photos et ses sculptures. Quant à moi, j’ai aménagé un petit atelier de couture sous les combles, directement à côté de notre chambre à coucher. À l’étage inférieur, nous avons notre pièce à vivre, et en haut nos espaces personnels. Un contraste qui me plaît beaucoup. Le bâtiment date de 1903 et était une fabrique de montres jusque dans les années 1970. C’est un pur hasard que je travaille dans le secteur horloger comme spécialiste des matériaux. »

Texte : Walter Däpp, journaliste et auteur, Berne
Prise de vue extérieure : Hansueli Trachsel, photographe, Bremgarten
Prise de vue en intérieur : Julien Heimann, photographe, Tramelan

  • Autrefois la cour intérieure de la fabrique horlogère Record Watch Co., aujourd’hui un vaste jardin d’hiver qui invite à la détente.
  • Valérie Flück et Julien Heimann devant leur loft à Tramelan, une commune de 4000 âmes dans le Jura bernois.
  • Combinaison charmante de vieux et de neuf : l’ancien appareil d’agrandissement photographique dans le coin du salon fait aujourd’hui office de bibliothèque.

Vreni Geissbühler, Heimisbach

« Quand le temps était vraiment mauvais, en hiver, nous n’arrivions presque pas à sortir de chez nous. Grâce au nouvel accès*, nos deux plus grands enfants peuvent maintenant aller au travail même s’il a beaucoup neigé. Avec mon mari Hansueli, nous sommes maintenant 15 personnes, les deux plus grands étant déjà partis. J’ai toujours voulu une grande famille. Mais je n’aurais jamais cru qu’elle serait aussi grande. J’ai grandi dans le pays d’Appenzell. J’ai vécu au bord du lac de Constance jusqu’à ce que je vienne ici avec les huit enfants de mon premier mariage. Si quelqu’un m’avait dit, il y a 20 ans, que je serais mère de 13 enfants à 46 ans et que je vivrais heureuse comme paysanne dans une ferme de l’Emmental, j’aurais éclaté de rire. »

* Le soutien de l’Aide suisse aux montagnards a permis de réaliser le nouvel accès.

Texte : Max Hugelshofer, rédacteur, Aide suisse aux montagnards
Photos : Yannick Andrea

  • Vreni Geissbühler sur le nouvel accès à leur ferme de montagne.
  • Les plus grands sont déjà partis. Malgré cela, la famille de paysans de montagne Geissbühler habite encore à dix dans sa maison.
  • Les Geissbühler produisent eux-mêmes une partie de leur nourriture : le mari Hansueli récolte des pommes de terre de son propre jardin…
  • ... et Verena en fait des pommes frites, que les plus jeunes ne sont pas les seuls à apprécier.
  • Verena a également l’habitude d’offrir son aide pour les devoirs – pas étonnant pour une mère de 13 enfants.

Marc Burkhardt, Anet

« Ce qui frappe au premier coup d’œil dans notre maison, c’est l’absence de cave. Et c’est bien ainsi. Lorsqu’on me demande pourquoi nous avons renoncé au sous-sol, je réponds toujours : la construction d’une cave n’est guère écologique et présente un mauvais rapport prix/prestations. De plus, cela permet d’éviter les dégâts d’eau. À travers mon activité dans une banque, j’ai appris pas mal de choses sur la construction de logement. C’est pourquoi nous avons opté pour une maison en bois suisse d’exploitation durable. Avec ses pores ouverts, le bois respire et régule aussi bien l’humidité que la circulation de l’air, ce qui offre un excellent climat intérieur. Et comme le bois réagit avec une grande inertie aussi bien à la chaleur qu’au froid, notre maison est très bien isolée. Même après sept ans, nous sommes absolument satisfaits de notre maison. »

Apprenez-en plus sur la maison de Marc Burkhardt.

  • Construite sur un socle en béton : la maison en bois de la famille Burkhart à Anet, dans le Seeland, se passe parfaitement de cave.
  • Stockage au rez-de-chaussée : le garde-manger est directement relié à la cuisine et remplace idéalement une cave.
  • L’esprit d’ouverture traverse toute la maison : la cuisine communique directement avec la salle à manger et le salon.
  • Particulièrement apprécié en été : la grande baie vitrée du salon donnant sur le jardin s’ouvre entièrement.
  • Depuis sept ans heureux dans leur maison : la famille Burkhart avec le père Marc, la mère Christiane, la fille Nadja et le chat Ron.
  • Avec ses pores ouverts, le bois respire et est également idéal pour la salle de bains – ici au sol et au plafond.

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

3 novembre 2019, 10h15, Centre des congrès Kursaal, Interlaken
3 novembre 2019, 16h00, KKThun, Thoune
9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld
5 novembre, Saalbau, Kirchberg
13 novembre, Hotel Interlaken, Interlaken Ost

Foire de l’immobilier

Du 31 octobre au 2 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne

Saint-Nicolas de la BCBE à Tramelan

4 décembre, siège de Tramelan

Santarun à Berne

29 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne