dcsimg

De grands pas

Des générations de produits sont destinées à nous faciliter la vie. C’est à l’une des premières inventions que nous confions nos pieds jour après jour : la chaussure. Voici l’histoire d’une star du quotidien modulable à souhait.

L’individu, le couple, les amis appartiennent tous à une certaine génération, tout comme les objets de leur quotidien. On entend par génération de produits les articles qui disparaissent, évoluent ou réapparaissent sous une nouvelle forme au terme de leur cycle de vie. La chaussure est l’un de nos compagnons les plus intemporels. Simplicité ou extravagance, fonctionnalité ou style : nombreuses sont les phases et les tendances qu’elle traverse au cours de sa longue histoire. Certains modèles sont uniques, d’autres récurrents, exhibant l’ancien sous de nouveaux atours. L’une des plus vastes collections du monde sur ce thème est exposée au Musée de la chaussure Bally à Schönenwerd. Découvrez ci-après presque 2000 ans d’histoire de la chaussure en dix photographies.

  • Pantoufle des Byzantins (Haute-Égypte), IVe/Ve siècle : la chaussure de couleur pourpre est signe de haute dignité dans l’Antiquité tardive. Les rois et les hauts magistrats la portent lors de festivités particulières.
  • Chaussure baroque pour femmes, milieu du XVIIe siècle : pattes et boucles ornent pour la première fois les souliers, les détournant de leur fonction de pure protection du pied ; le mouvement baroque en fait des accessoires de mode.
  • Chaussure à talon rococo, milieu du XVIIIe siècle : au faste baroque succède l’élégance. Les chaussures pour femmes en tissu, soie et lin munies de hauts talons empêchent tout déplacement rapide.
  • Chaussure pour femmes à semelle plate, fin du XVIIIe siècle : la simplicité triomphe au lendemain de la Révolution française. Talons et excentricité disparaissent au profit de l’humilité qui caractérise l’époque de Napoléon.
  • Modèle pour hommes à boutons, autour de 1900 : les chaussures se boutonnent à l’aide d’un crochet. La fabrication mécanique rend les chaussures abordables pour les gens ordinaires. Les formes sont mieux adaptées.
  • Chaussure pour hommes en deux teintes, autour de 1930 : les modèles bicolores sont en vogue, la chaussure basse s’impose comme norme. La production industrielle fait non seulement pression sur les prix, mais accroît également le nombre de modèles.
  • Chaussure pour femmes à l’époque de la guerre, autour de 1940 : durant cette période, le matériel est rationalisé. Le cuir s’invite dans les bottes des soldats ; parfois le tissu, le liège et le bois remplacent les matériaux usuels.
  • Stiletto, dès 1950 : les modèles à talons très fins – appelés également « talons crayons » – conquièrent les magasins de chaussures. Une petite barre en acier renforce le talon pour prévenir toute cassure pendant la marche.
  • Chaussure à plateau, à partir de 1970 : à l’époque du flower power, les chaussures aux semelles compensées et aux larges talons sont légion chez les femmes et les hommes. Les minces talons stiletto disparaissent vu leur incompatibilité avec la danse en discothèque.
  • Sneaker, modèle de 2016 : appréciée depuis des décennies, elle connaît aujourd’hui une renaissance. D’apparence athlétique et munie d’une semelle en caoutchouc, la sneaker tire son nom de l’anglais to sneak (s’approcher à pas feutrés). Ce terme s’utilise fréquemment comme synonyme de chaussure de sport.

Agenda

Séances d'information pour la planification de la retraite

9 octobre 2018, Bienne (en allemand)
15 octobre 2018, Lyss (en allemand)
25 octobre 2018, Oberbuchsiten (en allemand)
29 octobre 2018, Soleure (en allemand)
13 novembre 2018, Interlaken (en allemand)

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

11 novembre 2018, Palais des Congrès, Bienne
11 novembre 2018, Salle des Fêtes, Reconvilier