Se lancer avec sérénité

Pas de yin sans yang, pas de numéro de funambule sans équilibre. Démarrer une activité indépendante est aussi un exercice d’équilibre: combien investir? Qu’est-ce qui est «trop» ou «pas assez»? Pour ne pas perdre le fil, une aide professionnelle est souvent bien utile. Ivana Drobek, coach pour entrepreneurs, nous en dit plus.

Donner et prendre ou l’éternelle question du juste équilibre. Privilégier l’un, c’est pénaliser l’autre, et la satisfaction s’en ressent. Celui qui ne fait que donner est souvent exploité et peu respecté. Celui qui ne fait que prendre est cupide, rarement satisfait et très probablement seul. Autant donc viser l’équilibre, surtout si l’on a des velléités entrepreneuriales. «C’est un vrai défi et ce n’est pas si simple», raconte Ivana Drobek, coach pour entrepreneurs basée à Bâche. Elle parle d’expérience, car son métier est d’aider les personnes à se réaliser professionnellement.


Vers le succès à la vitesse de l’éclair

Un plan d’affaires, un capital de départ et beaucoup d’enthousiasme: trois bonnes conditions pour réaliser son projet. Il ne manque plus qu’à vite louer un bureau, s’inscrire au registre du commerce, organiser la garde des enfants, créer un site Internet, préparer la compta, prendre quelques photos, ouvrir un compte, imprimer des cartes de visite, prospecter, etc. Pas le temps de souffler, on fonctionne presque en apnée. Que se passe-t-il si le démarrage nécessite justement un travail de longue haleine? «Nombre de mes clients s’enlisent dans la phase de lancement. Ils reçoivent toutes sortes de conseils de gens bien intentionnés et ne savent pas par où commencer. Il est d’autant plus important de prendre du recul, de se recentrer et de faire le tri.» Dans ces périodes, rares sont ceux qui pensent à se reposer. Les pauses sont perçues comme du temps perdu. «Qui se lance dans l’entrepreneuriat à bride abattue risque de ne pas aller très loin», prévient la coach.
 

«Les idées émergent lorsqu’on renoue avec la tranquillité et l’équilibre.»

Ivana Drobek


Fais donc une pause!

Les pauses sont importantes. Ce n’est pas pour rien que la loi en prescrit le nombre et la durée. D’ailleurs, lorsque nous ne sommes pas suffisamment reposés, nos performances en pâtissent aussi. C’est vrai pour les employés, mais aussi pour les indépendants. «Nous rechargeons nos portables dès que la batterie vire au rouge. Mais quand il s’agit de nous-mêmes, nous ignorons souvent les signaux d’alarme.» En plus, on pense qu’à chaque heure inutilisée, on perd de l’argent. «C’est un mauvais calcul, car une tête reposée est bien plus productive.» Alors, autant se prélasser un peu plus longtemps sur son hamac, sortir faire un tour ou lire un bon bouquin? «Tout ce qui fait du bien à l’âme nous aide aussi professionnellement et nous fait avancer.» Il est par exemple essentiel de prendre sa pause de midi à heure fixe. «Il faut apprendre à accorder aux périodes de repos la même importance qu’aux rendez-vous avec les clients. Ce n’est pas toujours facile au début, mais on y arrive très bien avec un peu d’entraînement», assure Ivana Drobek.
 

«S’accorder des temps de repos, c’est d’abord une question d’estime de soi.»

Ivana Drobek


Jusqu’à la limite, mais pas au-delà

«L’équilibre commence avec le courage de dire non. Le monde ne va pas s’effondrer parce qu’on s’octroie un moment de répit.» C’est bien vrai. Il est donc important de poser des limites, d’y être attentif et de ne pas les dépasser. Encore faut-il les connaître, et se poser des questions comme: qu’est-ce que je fais bien et avec plaisir et qu’est-ce que je fais moins volontiers? Quel est mon fonctionnement, mon rythme? Il est aussi réconfortant de savoir que les limites varient d’un individu à l’autre. «Les gens sensibles auront besoin de s’isoler plus souvent. Ceux qui débordent d’énergie un peu moins, mais auront davantage tendance à négliger les signaux d’alarme.» Pour mieux se connaître, on peut observer son biorythme durant une semaine. À quels moments se situent les pics de productivité, de fatigue et de léthargie? Comme l’explique Ivana Drobek: «Quand on est indépendant, on peut adapter ses horaires de travail à ses pics de productivité.»
 

«Je ne peux pas aider les gens si je vais mal.»

Ivana Drobek


Qu’est-ce que je veux vraiment?

Ce qui est primordial, c’est aussi de s’interroger sur l’origine de nos envies et de nos objectifs. Est-ce que ce sont vraiment les nôtres ou plutôt ceux de notre entourage? De nos parents, de notre partenaire ou peut-être de nos amis? «C’est fortement lié à l’estime de soi. Dans mon activité, je constate souvent que ce sont justement les femmes qui accordent plus de poids à tous les besoins autres que les leurs.» Cette attitude ne profite ni à la personne concernée, ni à son entourage, car lorsqu’on va mal, on ne peut pas être là pour autrui. «Penser d’abord à soi, de manière saine, ça n’a rien à voir avec de l’égoïsme.» Ivana Drobek en a fait elle-même l’expérience et a perdu l’équilibre alors qu’elle était une entrepreneuse novice. Aujourd’hui encore, elle doit prendre garde à ne pas trébucher. «J’ai souffert de troubles du sommeil et d’irritabilité. L’accomplissement de la moindre tâche me prenait une éternité. Je sais donc combien le calme et la détente sont primordiaux.» Il est nécessaire de se libérer régulièrement de nos vieux schémas. «Souvent, nous suivons des croyances issues de notre enfance sans les remettre en question.»

La plupart des constats d’Ivana Drobek peuvent paraître banals. Pourtant, rares sont ceux qui les appliquent. Or, en suivant l’un ou l’autre des conseils et en se ménageant délibérément du temps de repos, on trébuchera peut-être ici et là, mais on saura certainement se relever. Suivons donc l’exemple des adeptes de la slackline: ils avancent prudemment en posant un pied devant l’autre et se servent de leurs bras pour maintenir l’équilibre.

Laura Marti

Ivana Drobek, coach pour entrepreneurs, aide les personnes à réaliser leurs objectifs professionnels. D’une part, son accompagnement porte sur le mental. D’autre part, la coach met à disposition son savoir-faire en marketing, un support technique pour les sites Internet et ses solides compétences en médias sociaux. «Nombreux sont ceux qui ont une idée romantique de ce que signifie la création d’une entreprise. C’est là que j’interviens.» Elle épaule ses clients grâce à ses connaissances approfondies et à sa vaste expérience. Son groupe cible est principalement composé de femmes, qui souhaitent se réaliser à travers leur projet. «Je les aide à se positionner et acquérir une visibilité tous canaux de communication confondus.»

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations

Concerts de la BCBE: association cantonale bernoise des jeunes musiciens (ABJ)

25 octobre 2020, Palais des congrès, Bienne
1er novembre 2020, Congress Centre Kursaal, Interlaken
1er novembre 2020, Kultur- und Kongresszentrum, Thoune

Assemblée générale de la BCBE

Vous trouverez les dernières informations sur: bcbe.ch/ag

Journée des familles de la BCBE

7 juin 2020, Thoune (au centre-ville)
21 juin 2020, Studen (Seeteufel)
6 septembre 2020, Berthoud (château de Berthoud)
6 septembre 2020, Reconvilier (foire de Chaindon)