Pause des dix-heures

Les dix-heures sont une pause bienvenue et bénéfique pour les ouvriers comme pour les employés de banque. Un bref répit pour un effet longue durée.


Élimination et recyclage en ville de Berne

9 h 30. Fin de la première tournée. La benne à ordures est pleine, l’estomac vide. Les éboueurs regagnent la centrale de la Murtenstrasse. Le chauffeur Patrick Moor et le préposé au chargement Daniel Brand ont droit à 15 minutes de pause. Le second, 30 ans de service, en a particulièrement besoin car il se tient debout derrière le véhicule pendant toute la tournée. « Mes genoux souffrent, avoue-t-il. J’ai besoin d’un peu de repos. » La pause des dix-heures est un rituel : le Bernois avale un sandwich jambon qu’il accompagne d’un café quand il fait froid, son collègue Patrick Moor un yaourt mocca.

Dans la cour intérieure et à la cantine, les ouvriers se mettent à leur aise. Ils papotent ou rigolent de la dernière vidéo qu’un de leurs collègues est en train de visionner sur son téléphone portable. Chacun reprend des forces à sa manière. L’après-midi, la pause se fait plus spontanément. « Nous la prenons souvent en chemin », fait remarquer Patrick Moor. Il s’assied alors sur un banc ou sur le bord d’un trottoir, heureux d’avoir trouvé un espace pour garer la benne à ordures de 10 mètres de long.


BCBE : le team du siège de Grindelwald

Nick Rubi, responsable du siège BCBE de Grindelwald, admire le lever de soleil depuis la terrasse du toit de la banque. On voit la piste de ski et la paroi nord de l’Eiger. Lui et ses deux collaborateurs préfèrent venir ici plutôt que rester dans la salle de repos quelque peu austère. « Sur la terrasse, je recharge mes batteries », lâche-t-il. Quelques bouffées d’air frais et c’est retour devant l’ordinateur. Les dix-heures ont eux aussi un goût différent au grand air : un café, une tranche de fromage de montagne, ou même une surprise encore toute chaude de la maison. « C’est presque une tradition », dit Nick Rubi, « quand ma femme cuisine, elle passe nous apporter un gâteau. »

Les collaborateurs de la BCBE apprécient la pause du matin. Ils la font seuls ou à deux, en fonction des contraintes de travail. Cependant, Nick Rubi est rarement seul sur la terrasse publique : « J’y bavarde souvent avec un touriste. » Ce banquier confirmé sait avoir un avantage sur les visiteurs du monde entier : « À l’aube d’une belle journée, je prends plus de clichés que les touristes car je suis le mieux placé. »


3e classe primaire de l’école d’Unterseen

La sonnerie retentit à 9 h 55 précises. Vingt élèves sortent en courant de la salle de classe de Marc Stähli, leurs « dix-heures » à la main : saucisses, chips, mais aussi pas mal de barres de céréales et des fruits. L’école d’Unterseen près d’Interlaken renonce à prodiguer des conseils nutritionnels aux élèves. « Nous recommandons quand même aux parents de prévoir un en-cas », tient à préciser Marc Stähli. Ils ont besoin d’énergie jusqu’à midi, elle est nécessaire pour la concentration.

Pour l’enseignant bernois, la pause du matin est indispensable. Les élèves doivent pouvoir se dépenser physiquement, surtout les plus jeunes d’entre eux. Ils se défoulent sur la tour d’escalade, dans les cabanes en saule vivant, à courir derrière un ballon, histoire de se changer les idées, mais pas seulement : « De cette manière, les gosses apprennent aussi à vivre les uns avec les autres, à résoudre les conflits », ajoute Marc Stähli.

« Boîte à en-cas » de la BCBE

Qu’est-ce qu’une collation saine ? Quels sont ses bienfaits pour le corps et pour les dents ? Ces questions intéressent la BCBE, qui parraine l’opération « Boîte à en-cas » de la Société suisse des médecins-dentistes SSO. Des moniteurs dentaires passent dans les écoles et dans les maternelles des cantons de Berne et de Soleure pour sensibiliser les élèves à une alimentation saine et leur enseigner à prévenir les caries. Chaque enfant reçoit une boîte à en-cas de la BCBE contenant, en plus d’un délicieux en-cas, quelques informations pour les parents. 

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations