Sure mesure

De nos jours, il est possible de se marier ailleurs que dans une église. Les couples peuvent célébrer leur amour en plein air ou dans une salle des fêtes. Michael Bucher est officiant et a déjà uni plusieurs couples qui avaient opté pour une cérémonie laïque. Nous avons parlé avec lui de promesses d’amour, d’amour éternel et de son propre mariage.

Les cérémonies de mariage laïques sont à la mode. Quelle est la différence par rapport à un mariage religieux?
Tout est possible; rien n’est obligatoire. Si les cérémonies laïques sont autant appréciées, c’est parce qu’elles sont individualisables et souvent beaucoup plus personnelles et émouvantes qu’un mariage à la mairie ou à l’église. De plus, elles peuvent avoir lieu n’importe où et à n’importe quelle heure. Il est toutefois important de noter qu’une cérémonie laïque ne remplace pas l’enregistrement de l’union sur les registres d’état civil. Pour nombre de personnes, elle a lieu en sus du mariage civil, mais ce n’est pas la règle pour tous. Les couples du même sexe par exemple, qui ne peuvent toujours pas se marier, optent pour une cérémonie laïque afin de se faire une promesse d’amour mutuelle.

Comment et où les mariages sont-ils célébrés de nos jours?
Bien que presque tout soit possible, la plupart des personnes souhaitent une cérémonie classique dans une belle salle ou en plein air dans le jardin d’un hôtel. La mariée porte une robe blanche et est conduite vers le marié par son père. Pourquoi pas par sa mère? Ou par ses deux parents? Je trouverais ça beau, et moderne! Mais j’ai déjà uni des couples en forêt ou sur les pistes de ski. Je me rappelle très bien de ces deux cérémonies. Lors de la première, une tempête s’est levée et il s’est mis à pleuvoir à verse juste après le «oui». Nous avons trouvé refuge dans une grotte; l’ambiance était unique et joyeuse. Au contraire, lors du mariage sur les pistes de ski, il faisait grand beau et la neige était donc aveuglante. J’ai tenu mon discours les yeux plissés, mais heureusement les invités portaient des lunettes de soleil.

Quelles tâches vous incombent en tant qu’officiant d’une cérémonie laïque?
J’accompagne les couples jusqu’au mariage, où ils vont se dire «oui» devant leurs familles et leurs amis proches. La majeure partie de mes tâches ne réside pas dans la cérémonie elle-même, mais dans la préparation. Je suis avant tout à l’écoute, c’est-à-dire que j’apprends à connaître le couple, sa relation, ses souhaits et ses attentes. Dans tout le stress lié à la préparation du mariage, les fiancés oublient souvent ce que signifie s’unir: en quoi consiste la promesse d’amour? Je réfléchis alors à la manière de mettre ce lien en lumière lors de la cérémonie.

Votre femme et vous avez opté pour une cérémonie laïque. L’un de vos collègues vous a-t-il unis?
Oui et non. J’ai connu San Graf, officiante, par ma femme. Nous avions opté pour une cérémonie autour des quatre éléments: l’air, l’eau, le feu et la terre. En tant que conceptrice de rituels, San Graf les a intégrés au mariage. J’ai beaucoup appris d’elle et je suis heureux de la compter dans notre équipe aujourd’hui.

Croyez-vous en l’amour éternel?
Bien sûr! C’est possible lorsque l’on y travaille activement, qu’on investit du temps et de l’attention dans la relation et qu’on conçoit le couple et la relation comme un véhicule de croissance et de développement personnels.

Comment faire pour qu’une relation dure toute une vie?
Je ne sais pas. Mais je suppose que la communication est la clé. Il faut être ouvert, clair, sincère et transparent. Avec soi-même, avec son ou sa partenaire, avec ses amis, avec son entourage. Cela instaure un climat de confiance. Nous devrions accorder plus d’attention à l’être et discuter de notre véritable état d’âme. Malheureusement, dans notre culture, parler des sentiments et du ressenti intérieur ne va pas de soi. Nous n’apprenons guère à ressentir et à nous écouter. Une bonne relation commence toujours par soi-même!

Intégrez-vous vos conseils en matière de couple dans vos discours?
L’amour n’est pas fait que de moments heureux; c’est ainsi. Mais est-ce que j’ai envie de l’entendre le jour de mon mariage? Et d’entendre un cliché vide de sens bien qu’il parte d’une bonne intention? Personnellement, je peux très bien m’en passer et j’essaie de ne pas avoir l’air moralisateur. En apprenant à connaître le couple et en discutant avec lui, j’aborde sans nul doute la question de l’importance du partenariat et de l’amour, mais je me garde de donner des conseils.

Certains mots ou certaines phrases sont-ils prononcés lors de tous les mariages? Si oui, lesquels?
Un mot: l’amour. Une phrase: une relation de longue durée se construit peu à peu.

Michael Bucher, soleurois de naissance, est animateur, coach en communication et officiant pour les cérémonies laïques. Il vit aujourd’hui dans la région de Berne avec sa femme et ses trois filles. Il y a lancé le festival de cinéma Shnit en 2003. Peu après avoir officié pour la première fois lors d’un mariage, il a fondé le réseau Traumich dans le but d’unir, avec l’aide de son équipe, des couples dans toute la Suisse et dans les pays voisins.

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

3 novembre 2019, 10h15, Centre des congrès Kursaal, Interlaken
3 novembre 2019, 16h00, KKThun, Thoune
9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld
5 novembre, Saalbau, Kirchberg
13 novembre, Hotel Interlaken, Interlaken Ost

Foire de l’immobilier

Du 31 octobre au 2 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne

Saint-Nicolas de la BCBE à Tramelan

4 décembre, siège de Tramelan

Santarun à Berne

29 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne