L’étoffe dont on fait les histoires

Agnieszka Woś Jucker conserve et étudie des textiles historiques. Entre costumes bigarrés et chaussettes antiques, elle plonge au cœur de l’histoire humaine.

Armée d’une loupe et d’un compte-fils, Agnieszka Woś Jucker examine minutieusement un tissu. Cette conservatrice-restauratrice de textiles mène l’enquête. Tantôt colorés, tantôt délavés, les fils des étoffes lui livrent beaucoup d’informations sur le costume vieux de plusieurs siècles posé sur la table devant elle. «On trouve les indices les plus révélateurs sur le coloris d’origine d’une pièce de vêtement dans les coutures», confie cette quinquagénaire. «C’est là que l’on retrouve la couleur originelle qui a traversé les siècles, à l’abri de la lumière.» Mais Agnieszka Woś Jucker s’intéresse aussi aux rapiéçages, aux retouches, aux accrocs et aux défauts du tissu. Avec quelle technique ce costume a-t-il été fabriqué? Qui l’a porté? Pourquoi a-t-il été raccommodé? Y a-t-il des traces historiques attestant de son voyage à travers les siècles? Elle note soigneusement tous les indices récoltés et les hypothèses émises dans son rapport. «C’est un travail de détective», explique la conservatrice en souriant.
 

Des essais de couleur

Agnieszka Woś Jucker peut passer entre quelques jours et plusieurs mois à restaurer une pièce de vêtement, en fonction de son état et de sa taille. Tout commence par des analyses détaillées des techniques et du matériel utilisés ainsi qu’un état des lieux et une cartographie des dommages. Les accrocs, les déchirures et autres défauts ne sont pas simplement réparés lors du processus de restauration. La conservatrice comble les trous avec une nouvelle pièce de vêtement spécialement teinte. «Ce n’est vraiment pas si facile de trouver la bonne nuance de couleur», explique-t-elle. «Parfois, les vêtements sont tachés et leur couleur n’est pas uniformément passée. Les étoffes d’origine et les pièces de tissu rajoutées ne reflètent pas toujours la lumière de la même façon.» Entre dix et vingt essais de couleurs sont souvent nécessaires pour trouver la nuance qui a le meilleur effet. «Il faut avoir l’œil pour les couleurs. La restauration reste malgré tout un travail d’expérimentation et de tâtonnement.»

  • Agnieszka Woś Jucker travaille depuis 16 ans en tant que conservatrice-restauratrice de textiles à la Fondation Abegg.

  • À l’aide d’une loupe, Agnieszka Woś Jucker vérifie son travail sur un kaftan de soie datant du IXe-Xe siècle.

  • Une nouvelle pièce de tissu de la couleur correspondant à celle du vêtement remplace les morceaux manquants.

Un puzzle aux innombrables petites pièces

Depuis seize ans, Agnieszka Woś Jucker travaille dans l’atelier de conservation de textiles de la Fondation Abegg (voir encadré). Avec onze collègues et cinq étudiants, elle s’occupe avant tout de la propre collection de la Fondation et de l’équipement textile de la Villa Abegg. C’est avec un plaisir tout particulier que cette Polonaise d’origine se penche sur les costumes et leur histoire: «Au fil des siècles, les luxueux vêtements de la Renaissance ont été adaptés et modifiés, ils ont vu leur fonction évoluer. Un tel vêtement est un peu comme un puzzle constitué d’une multitude de petites pièces de l’histoire humaine.» Une restauration peut donc avoir différents objectifs: s’agit-il de maintenir l’objet autant que possible dans son état d’origine? Ou s’agit-il de conserver son histoire, marquée au travers des siècles par des accrocs et des rapiéçages?

Les spécialistes de la Fondation Abegg effectuent aussi des travaux de conseil, de conservation et de restauration pour des institutions de droit public dans le cadre d’une assistance administrative. C’est à l’occasion d’un tel mandat externe qu’Agnieszka Woś Jucker est tombée sur le vêtement le plus impressionnant de sa carrière: une simple et unique chaussette en lin. Elle venait d’Égypte et datait du XIVe siècle avant Jésus-Christ.

Texte: Barbara Zesiger
Photos: © Abegg-Stiftung, CH-3132 Riggisberg (Christoph von Viràg)

La Fondation Abegg

La Fondation Abegg se consacre à la collection, à la conservation et à l’étude de textiles historiques. Elle est située un peu à l’extérieur du village de Riggisberg, dans les Préalpes bernoises. On y trouve le musée des textiles et des arts appliqués, la maison-musée «Villa Abegg» et une bibliothèque scientifique. L’atelier de conservation et de restauration des textiles est aussi un lieu d’étude pour les futurs professionnels. Les livres et imprimés édités par la Fondation Abegg transmettent à un public d’amateurs et d’initiés les résultats des études menées sur l’histoire des arts textiles. Les différentes expositions temporaires organisées chaque année offrent toutes un regard différent sur un matériau en particulier, qui a accompagné l’humanité à travers les âges non seulement comme un objet d’usage quotidien mais aussi comme une délicate œuvre d’art.

www.abegg-stiftung.ch (disponible en allemand ou en anglais)

Exposition temporaire: «Les plaisirs de la table – Damas de lin anciens»
Du 25 avril au 7 novembre 2021

Lors de la prochaine exposition temporaire de la Fondation Abegg, il n’y aura pas de place pour la couleur. On pourra y admirer du linge de table blanc aux motifs blancs datant des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. L’exposition mettra aussi en lumière la fabrication des fils de lin et les arts de la table de l’époque. Quels motifs ornent les nappes et les serviettes du temps passé? Comment, où et pour qui celles-ci ont-elles été fabriquées? Le linge de table jouait alors un rôle de représentation sociale. C’était d’ailleurs souvent l’élément le plus coûteux d’une table de fête.

Newsletter

Abonnez-vous à l’édition en ligne du magazine flash et ne ratez ainsi aucun numéro.

S'abonner maintenant

Feedback

Avez-vous des questions ou des réactions? N’hésitez pas à nous en faire part.

Écrire un message

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations

Séminaires de la BCBE

Vue d’ensemble des séminaires organisés aux différents ateliers de la BCBE: bcbe.ch/atelier