Le courage n’a pas d’âge

S’engager dans une toute nouvelle voie professionnelle: voilà qui n’étonne pas forcément lorsqu’on est jeune ou qu’on est à mi-chemin de son parcours professionnel. Christine Abbühl a quant à elle été saisie par cette envie à l’âge de 57 ans. Elle raconte ce qui relève du courage et pourquoi celui-ci ne suffit toutefois pas.

Ordinateurs bourdonnants et nature florissante: difficile d’imaginer mondes plus antithétiques. Si Christine Abbühl a évolué dans ces deux univers, un seul d’entre eux lui permet de réellement s’épanouir. «Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre cela», déclare-t-elle. Dans sa jeunesse, elle étudie l’électrotechnique avant de travailler comme ingénieure, puis de passer de nombreuses années dans les télécommunications. Elle a cofondé une entreprise de conseil dans le domaine technique à deux reprises. «Mais le bonheur n’était jamais vraiment durablement au rendez-vous», dit-elle en y repensant.

C’est seulement après avoir suivi un coaching, il y a trois ans, qu’un tournant décisif s’est opéré. «À ce moment-là, un monde nouveau s’est ouvert à moi», se souvient la native du nord de l’Allemagne, installée à Berne depuis plus de 30 ans. De cette période, elle retient avant tout que le cœur est parfois meilleur conseiller que la raison. S’il est vrai que Christine Abbühl avait déjà connu plusieurs coupures et nouveaux départs dans sa carrière jusqu’alors, elle reconnaît que: «j’évoluais encore dans la zone de confort délimitée par ma formation». 


Le jardin comme point de départ

En 2019, Christine Abbühl prend une décision guidée par son cœur: elle fonde Urpunkt en vue d’offrir des conseils en développement durable aux particuliers et aux entreprises. Dans un premier temps, elle s’adresse aux propriétaires de jardin désirant tirer un meilleur parti de leur royaume de verdure, ce à quoi la Bernoise de cœur s’était elle-même employée auparavant. Après avoir trouvé, avec son mari, un chalet au cœur du Simmental, elle en réaménage entièrement le vaste jardin, remodelant l’espace bien ordonné en une oasis plus sauvage où la biodiversité est mise à l’honneur et où plus d’espèces animales peuvent élire domicile.

Depuis, Christine Abbühl a étendu son rayon d’action en faveur du développement durable à la maison et aux entreprises, qu’elle aide, étape par étape, afin qu’elles gèrent leurs ressources de manière plus écologique. «En tant qu’êtres humains, nous faisons partie intégrante de la nature. Nous ne pouvons aller bien que si nous la protégeons, elle aussi.» Une philosophie qui, selon elle, est trop peu répandue dans son ancien secteur, celui des technologies de l’information.

«Il m’a fallu du courage pour m’avouer que quelque chose devait changer.»

Christine Abbühl


Le courage de la sincérité

Suivre ses passions, comme le fait aujourd’hui Christine Abbühl, semble être une démarche saine. Mais est-ce pour autant plus simple? «Si j’en juge par l’image qu’on me renvoie, mon parcours actuel est considéré comme très courageux», raconte la sexagénaire. Elle-même voit les choses différemment: «Je possède une forte motivation interne: me lancer est plutôt une question de volonté.» Cela dit, sans un coaching, elle ne se serait probablement pas engagée dans cette nouvelle voie. «Il a fallu cela pour que je commence à apprendre à écouter mes sentiments.» 

Par contre, s’avouer que quelque chose doit changer demande du courage. «Entamer le processus de coaching a été le plus grand obstacle que j’ai dû franchir.» Pour Christine Abbühl, le fait d’avoir franchi le pas à 57 ans n’a rien d’extraordinaire. «Je pense plutôt que j’ai eu besoin d’accomplir toutes ces choses afin d’arriver là où je suis aujourd’hui.» Elle suppose qu’il est même plus facile de prendre un nouveau départ professionnel lorsqu’on dispose d’une certaine expérience de vie. «On est plus stable et on se laisse moins influencer par les exigences extérieures.»

Cette décision n’a pas uniquement bouleversé sa carrière. Depuis qu’elle écoute davantage son cœur, la cheffe d’entreprise est également plus ouverte à la nouveauté. «Aujourd’hui, j’ai beaucoup moins de mal à prendre mon courage à deux mains.» Preuve en est l’écriture, à laquelle elle s’adonne pour elle-même. Actuellement, Christine Abbühl écrit un roman fantastique tournant autour de la lavande et compte l’enrichir de recettes: une association que d’aucuns pourraient considérer comme courageuse et qui, pour elle, est avant tout goûteuse.

Texte: Marc Perler
 

Christine Abbühl fonde Urpunkt en vue d’offrir des conseils en développement durable aux particuliers et aux entreprises.

 

Newsletter

Abonnez-vous à l’édition en ligne du magazine flash et ne ratez ainsi aucun numéro.

S'abonner maintenant

Feedback

Avez-vous des questions ou des réactions? N’hésitez pas à nous en faire part.

Écrire un message

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations

Séminaires de la BCBE

Vue d’ensemble des séminaires organisés aux différents ateliers de la BCBE: bcbe.ch/atelier