Retour à la vie

« Avoir de la chance dans son malheur », cette expression prend tout son sens pour Nick Gaggioli et sa famille. Un couple de jeunes Bernois témoigne comment, dans les heures les plus sombres de leur vie, ils ont puisé la force de dire oui au bonheur.

Bien qu’il fasse à peine 2 mètres de haut, le mur de grimpe apparaît comme un obstacle insurmontable. Luan Gaggioli, petit bout de chou 1 ½ an au visage joufflu et aux doigts potelés, gigote et se trémousse dans les bras de son papa. « Il faut d’abord que tu grandisses un peu », lui lance sa maman. Les Gaggioli forment une famille en apparence comme les autres, venues s’amuser et s’aérer en cet après-midi dans le parc du Gurten, la montagne emblématique de Berne. Mais pour cette jeune famille de Spiegel bei Bern, tout n’est pas comme chez les autres. Environ neuf mois avant la naissance de Luan, au printemps 2015, leur vie a complètement basculé.

Nick Gaggioli, alors âgé de 34 ans et informaticien ambitieux, subit deux attaques cérébrales à deux semaines d’intervalle, sans aucun signe avant-coureur. Grâce à la réaction rapide de son amie Andrea, il est vite pris en charge à l’hôpital, et le pire est évité. Pourtant, après ce tragique événement, rien ou presque n’est plus comme avant : l’homme qui respire la joie de vivre ne peut plus bouger ni parler. « C’est à peine s’il pouvait encore dire oui ou non », se rappelle Andrea Gaggioli. Au début, ce Suisse aux origines d’Amérique centrale était incapable de répondre ne serait-ce qu’à des questions toutes simples comme « veux-tu du café ou plutôt du thé ? ». Une période très dure au cours de laquelle le jeune couple allait devoir faire face à d’autres défis encore. En effet, juste avant la seconde attaque de son ami, l’employée de commerce apprend qu’elle est enceinte. Une grossesse désirée, mais les circonstances étaient pour le moins particulières. « Dans un premier temps, je me suis dit : pourquoi maintenant ? », confie la maman du petit Luan. Une fois encore, la vie leur a réservé des surprises... L’état de santé du futur papa s’améliore plus vite que prévu. Tout compte fait, le moment était propice pour fonder une famille.

  • La place de jeux sur le Gurten est un lieu où la famille Gaggioli aime venir se détendre et se ressourcer.
  • La place de jeux sur le Gurten est un lieu où la famille Gaggioli aime venir se détendre et se ressourcer.

Nick Gaggioli récupère vite, surtout sur le plan physique. Pour cet homme qui a toujours été très actif et qui enfilait ses chaussures de sport dès qu’il en avait l’occasion, c’est un peu comme une résurrection. Il a pour ainsi dire retrouvé tout son entrain d’antan : grimpe, ski, course à pied, natation et cyclisme, cet amoureux du sport est un touche-à-tout. « Rétrospectivement, nous sommes reconnaissants de la venue si rapide de notre petit rayon de soleil », raconte la jeune maman de 27 ans. Cependant, le quotidien de la famille reste difficile : même si Nick Gaggioli a réappris à parler grâce à un suivi logopédique intense, il ne peut toujours pas formuler des phrases entières. Les médecins ne pensent d’ailleurs pas qu’il retrouvera complètement l’usage de la parole. Pour la jeune famille, ce n’est pas une raison pour se plaindre. « Il faut accepter », explique Andrea Gaggioli. « Nous essayons de vivre normalement, et nous y parvenons plutôt bien. » Leur plus grande fierté, qui leur permet d’oublier parfois les épreuves de la vie, est haute comme trois pommes. Le petit Luan déborde de vitalité. Il réussit même à décupler la joie de vivre de son papa : « Motivation », articule clairement Nick Gaggioli, avant d’ajouter « et joie ! »

Vivre le quotidien normalement

Malgré les circonstances, le quotidien de la famille de Spiegel bei Bern ressemble beaucoup à celui d’autres familles. Nick et Andrea Gaggioli jonglent entre le travail et la crèche. Le jour père-fils est toujours attendu avec impatience. Pour son équilibre, Nick Gaggioli a aussi besoin d’avoir une vie en dehors de la famille : depuis une année, il retravaille deux jours par semaine comme informaticien. Après son accident vasculaire cérébral, son ancien employeur, une entreprise de télécommunication, lui a proposé un nouveau poste plus adapté à ses capacités actuelles. Une vie quotidienne presque normale, donc, même si le foyer dans lequel le petit Luan grandit n’est pas tout à fait comme les autres. « Avec moi, il est souvent turbulent, parfois agité », constate la Bernoise. « Il est plus calme dès que son père s’occupe de lui. » Mais uniquement tant que Luan ne se retrouve pas devant le mur d’escalade du Gurten. Il commence alors à gesticuler, à s’impatienter en cherchant à s’agripper aux prises. C’est encore un peu trop tôt, mais une chose est certaine : Nick et Andrea Gaggioli lui montreront comment grimper la paroi. Ils ont déjà surmonté des obstacles bien plus importants dans leur vie.

  • La famille comme source de force : souvenirs du passé, notamment des exploits sportifs de Nick Gaggioli avant ses attaques cérébrales.
  • La famille comme source de force : souvenirs du passé, notamment des exploits sportifs de Nick Gaggioli avant ses attaques cérébrales.
  • La famille comme source de force : souvenirs du passé, notamment des exploits sportifs de Nick Gaggioli avant ses attaques cérébrales.

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

3 novembre 2019, 10h15, Centre des congrès Kursaal, Interlaken
3 novembre 2019, 16h00, KKThun, Thoune
9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld
5 novembre, Saalbau, Kirchberg
13 novembre, Hotel Interlaken, Interlaken Ost

Foire de l’immobilier

Du 31 octobre au 2 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne

Saint-Nicolas de la BCBE à Tramelan

4 décembre, siège de Tramelan

Santarun à Berne

29 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne