Randonnée à saute-frontière

Les frontières ne servent pas toujours à marquer les limites, elles peuvent aussi inviter à la randonnée, à saute-frontière entre Berne et Soleure par exemple. Récit d’une balade en famille de la journaliste Barbara Zesiger.

Randonner avec de jeunes enfants, gérer leurs crises lorsque la fatigue et la faim s’installent et se retrouver à devoir les porter sous un soleil écrasant, rien que d’y penser nous coupait toute envie de tenter l’expérience. Il faut dire que nous avons deux tornades à la maison dont il est très difficile de canaliser l’énergie.

Mais il y a toujours une première fois. Nous souhaitons faire découvrir le monde et ses beautés à nos enfants. Et pour cela, nous devons dépasser certaines limites. En l’espèce, il s’agit uniquement de nos propres craintes de géniteurs face à nos petits monstres, car la beauté est toute proche : le Jura.

Lorsque nous leur parlons pour la première fois de notre projet, Noah (5 ans) et Ronja (4 ans) sautent de joie, même si le mot « randonnée » n’évoque rien pour eux. Le jour J, la chance est avec nous : le soleil brille autant que les yeux de nos enfants, notre première « vraie » marche en famille se présente sous les meilleurs auspices.


Un départ sur les chapeaux de roue

Notre randonnée démarre sur le parking près de l’arrêt Wäsmeli (Grenchenberg) du car postal. Irmgard et Hans, les grands-parents, sont déjà là. À peine libérés de leur sièges-auto, les enfants s’élancent à travers prés sur la colline vers le vénérable hêtre juste au-dessus du parking. Mauvaise direction ! Heureusement que grand-papa rattrape vite fait bien fait nos deux intrépides et les ramène, tout essoufflés, au point de départ. Ça promet…

Nous avons imprimé la carte avant de partir. L’itinéraire pour la montagne de Romont part devant nous à droite par la forêt. Le hasard fait bien les choses, car Noah est déjà parti dans cette direction. Ronja suit son grand frère en trottinant, et nous allongeons le pas pour ne pas les perdre de vue.


Pierreux et beau

Cinq minutes plus tard… Ronja est en pleurs. Curieux, les enfants ont suivi les racines et sont montés sur le talus. Ronja a glissé sur un petit caillou. Elle s’est juste écorché la main, mais c’est la fin du monde. De grosses larmes coulent sur les joues luisantes de crème solaire de notre fille, que même les mots rassurants de maman « ce n’est rien, ça va passer » ne réussissent pas à consoler. Le bonbon de grand-papa, en revanche, fait des miracles : c’est reparti !

Nous sommes épatés par la vitesse à laquelle notre aîné monte le raidillon dans la forêt, son père et son grand-père sur les talons. Ronja traîne, ramassant ici et là des « cadeaux » pour sa grand-maman : « Regarde, de la mousse, je te la donne... ». Mamie Irmgard n’a pas assez de mains ni de poches pour toutes ces petites attentions. Enthousiaste, notre fille saute de pierre en pierre, s’extasiant devant leur beauté et leur quantité. C’est ça le Jura : pierreux et beau. Nous avançons, lentement mais sûrement.

  • Le sentier en légère montée à travers la forêt jurassienne qui mène à la montagne de Romont est parfaitement adapté aux petits enfants.

  • Le sentier en légère montée à travers la forêt jurassienne qui mène à la montagne de Romont est parfaitement adapté aux petits enfants.

  • Le sentier en légère montée à travers la forêt jurassienne qui mène à la montagne de Romont est parfaitement adapté aux petits enfants.

À saute-frontière

Les hommes viennent de faire une découverte au bord du chemin : une borne-frontière historique et un vieux mur en pierre sèche marquant la limite entre les cantons de Berne et de Soleure. Pour les enfants, cette borne placée en 1829 par l’Évêché de Bâle n’est rien d’autre qu’une « belle pierre ». Ils caressent l’ours de l’écusson bernois, escaladent le côté soleurois pour sauter sur le côté bernois.

Nous quittons la forêt pour aborder un pâturage. « Attention, beuse de vache ! », nous lance joyeusement Noah avant de repartir en courant. La vaste étendue d’herbe verte et les grands sapins aux branches qui touchent le sol offrent un formidable terrain de jeu aux enfants. Nous passons devant plusieurs foyers en calcaire blanc typique du Jura. Mais les enfants ne semblent pas les remarquer. Nous en profitons pour continuer notre chemin…

Un autre temps fort nous attend en haut sur le plateau : le sentier passe à travers un enclos à chevaux. Les douces juments Haflingler nous ignorent, tandis que leurs poulains, plus joueurs et curieux, font ami-ami avec nos enfants.

  • Le plateau réserve bien des surprises : des bornes-frontières historiques et de vieux sapins invitent à l’escalade, et des poulains curieux amusent les enfants.

  • Le plateau réserve bien des surprises : des bornes-frontières historiques et de vieux sapins invitent à l’escalade, et des poulains curieux amusent les enfants.

  • Le plateau réserve bien des surprises : des bornes-frontières historiques et de vieux sapins invitent à l’escalade, et des poulains curieux amusent les enfants.

Fini de rire

Malgré les estomacs de nos bambins qui commencent à gargouiller, nous laissons le restaurant de la montagne de Romont sur notre gauche et entamons la descente en direction d’Unterer Bürenberg. Dans la vallée, la faim est décidément trop forte. Ronja refuse de faire un pas de plus et son papa doit la porter. Après avoir marché comme un grand durant plus de trois heures, son frère montre lui aussi des signes de fatigue. Nous cherchons une place de feu et nous nous arrêtons pour une pause grillades bienvenue.

Cervelas et compagnie ne suffisent pas à recharger les batteries de nos deux randonneurs en herbe. Fini de rire ! Nous décidons de prendre le raccourci par la route de montagne jusqu’à Wäsmeli, en tirant nos enfants pleurnichards par la main ou en les portant sur les épaules. Nous renonçons à la deuxième partie de notre boucle qui remonte à Montoz, nous promettant de revenir d’ici quelques années avec des ados récalcitrants.

  • Enfin la pause! Difficile de faire avancer un enfant qui a faim.

  • Enfin la pause! Difficile de faire avancer un enfant qui a faim.

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

3 novembre 2019, 10h15, Centre des congrès Kursaal, Interlaken
3 novembre 2019, 16h00, KKThun, Thoune
9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld
5 novembre, Saalbau, Kirchberg
13 novembre, Hotel Interlaken, Interlaken Ost

Foire de l’immobilier

Du 31 octobre au 2 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne

Saint-Nicolas de la BCBE à Tramelan

4 décembre, siège de Tramelan

Santarun à Berne

29 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne