Vraiment?!

Certaines choses sont difficiles à croire... Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir avec notre pot-pourri de véritables curiosités.

Le ruisseau de la ville de Berne «remonte» la vieille ville.
On voit rarement ce ruisseau, car seule une petite partie de ce cours d’eau est à ciel ouvert. Dans la vieille ville, il vaut toutefois la peine d’observer ces eaux improbables d’un peu plus près: au milieu de la partie inférieure de la Gerechtigkeitsgasse, le ruisseau semble défier toutes les lois de la physique! Ce «Bernois» têtu «remonte» la rue piétonne.
 

Berne n’est pas la capitale de la Suisse.
Mais ne craignez rien! Ce n’est pas non plus Zurich... Officiellement, la Suisse n’a PAS de capitale. La raison en est simple: en 1848, les fondateurs de l’État fédéral suisse ne réussirent pas à se mettre d'accord. Il fallait choisir entre Berne, Lucerne et Zurich. Pour finir, et c’est typiquement suisse, ils arrivèrent à... un compromis! Berne fut nommée «siège fédéral», et les principaux organes de l’État ont leur siège ici. Même si la ville de Berne en présente toutes les caractéristiques, elle n’est juridiquement pas la capitale de la Suisse.
 

Plongée dans le passé du haut de son trône.
La ville de Berne fut fondée il y a plus de 800 ans. Le système d’eau intelligent des fondateurs de la ville, les Zähringer, un système mûrement réfléchi, fut d’une grande importance pour le développement de la Suisse. Dans les toilettes du café Montag, on surplombe un morceau d’histoire bernoise: un sol en verre permet en effet de jeter un coup d’œil sur la canalisation du Moyen Âge.
 

La ruelle qui ne devait plus exister.
Jusqu’en 1971, la ville de Berne comptait une petite ruelle appelée Metzgergasse. Il s'agissait à l’époque du quartier chaud de la cité, et elle était connue bien au-delà des frontières bernoises. Lorsque la ville se mit à lutter contre la prostitution sous ses arcades et qu’elle nettoya ce quartier, elle changea par la même occasion le nom de la ruelle pécheresse. Aujourd’hui, on la connaît sous le nom innocent de «Rathausgasse», soit la ruelle de l’hôtel de ville.
 

Tourments d’enfer pour un Zurichois.
Sur le portail de la collégiale de Berne se trouve une représentation du jugement dernier. Du côté de l’enfer, tous les pêcheurs sont représentés nus. Un seul se démarque. En bas, à gauche, on découvre un homme vêtu d’un pourpoint bleu et blanc. À Berne, la rumeur court qu’il s’agit d’un Zurichois. La construction de la collégiale ayant dû être interrompue à cause de l’Ancienne guerre de Zurich, une fois celle-ci terminée, l’ennemi de l’époque, soit le Zurichois, fut banni en enfer du portail de la collégiale. Mais cette anecdote n’a toutefois pas été prouvée historiquement.
 

La chasse au nom de la ville.
Berne fut fondée par le duc Berthold en 1191. Comment la ville obtint son nom reste encore un mystère. La chronique de Justinger de 1420 nous livre une explication possible: au moment de la fondation de la ville, le comte aurait organisé une chasse dans un bois de chênes à défricher. Justinger nota à ce propos que le tout premier animal capturé était un ours, et que c’est sur la base de cet évènement que le nom fut donné à la ville (dans le dialecte local, le nom de la ville se prononce «Bärn», ce qui s’apparente au mot Bär qui désigne ce plantigrade). Si cette déclaration est vraie, alors nous, les Bernois, nous pouvons être heureux que ce n’ait été un sanglier qui fut le premier tombé sous les coups des chasseurs.
 

La tour ratée.
La tour ouest des fortifications des faubourgs de Soleure comporte cinq angles inégaux. L’animosité paternelle en serait la cause: l’architecte mit ainsi en colère le jeune charpentier qui avait une liaison avec sa fille. Le père promit à l’artisan de lui donner la main de celle-ci dès que ce dernier aurait achevé la tour tordue. Afin de ne pas perdre de temps, le jeune homme commença les travaux sans établir de plan. Il échoua. La légende veut que le malheureux se jeta dans l’Aar et mourut. Comme punition, le malveillant architecte fut enfermé dans le cachot de la tour en question. Des années plus tard, l’édifice fut terminé par un autre maître charpentier.
 

Une maison fantôme sous gestion de la Confédération.
Au numéro 54 de la Junkerngasse se trouve la maison hantée de Berne. Cette bâtisse appartient aujourd’hui à la Confédération. Elle est idéalement située (en face de la maison Von-Wattenwyl), et bien que de l’extérieur elle ressemble à une maison d’habitation, elle ne sert que d’entrepôt. Il est fort probable que personne n’ait jamais logé dans la maison fantôme. On relate nombre d’histoires inquiétantes autour de bruits étranges, de rideaux qui tombent et de fantômes féminins qui hantent les lieux la nuit venue.

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Journées sur le développement durable à la BCBE

Du 27 au 29 août 2019, centre de rencontre du siège principal, place Fédérale, Berne

Journée des familles de la BCBE

1er septembre 2019, Reconvilier

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

10 septembre 2019, Centre culturel Le Royal, Tavannes (en français)
17 septembre 2019, centre de rencontre du siège de Bienne (en français)
14 octobre 2019, Hotel Restaurant Weisses Kreuz, Lyss 
16 octobre 2019, centre de rencontre du siège de Berne, place Fédérale 
22 octobre 2019, Turbensaal Bellach, Bellach 
23 octobre 2019, centre de rencontre du siège de Bienne (en allemand)
23 octobre 2019, Schloss Hünigen, Konolfingen 
29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne