Écris-moi qui tu es

Non pas le contenu, mais la forme: voilà ce qui intéresse Hanspeter Küng quand, à son pupitre, il analyse des écritures manuscrites, les compare et vérifie leur authenticité. Portrait d’un graphologue bernois qui ne manque pas de travail, même à l’ère du numérique.

Nous nous sommes tous patiemment exercés à tracer ces lignes, boucles et arcs. Dans un cahier ligné, les premières lettres se sont unies pour former un mot. Puis est venu le temps des dictées, rédactions et premières lettres d’amour. C’est ainsi que s’est façonnée notre écriture personnelle. À cette époque, tout jeune élève encore, Hanspeter Küng nourrit à l’égard de cette écriture manuscrite une fascination bien plus prononcée que nombre de ses camarades. «Les dimanches, je m’asseyais à côté de mon père, qui étudiait à son pupitre des cahiers remplis d’une collection d’écritures. Bientôt il me demandait, désignant deux d’entre elles: ‹Laquelle tu préfères?› Plus tard, il ajoutait: ‹Pourquoi?› C’était une question qui provoquait beaucoup de choses en moi.»
 

La signature: un usage qui perdure

Pendant longtemps, il était courant de faire appel à une expertise graphologique lors des recrutements, en particulier de cadres. L’objectif: en savoir plus sur la personnalité des candidats. Aujourd’hui, si quelqu’un obtient un poste grâce à une candidature manuscrite, il le doit plutôt à son caractère exotique. La plupart des dossiers prennent la forme de PDF envoyés à une adresse électronique. Pour beaucoup de gens, l’écriture manuscrite est réservée à la liste des courses ou à un post-it intitulé «À faire». Tout le reste est rédigé au clavier: les courriels, les messages et les livres. Parfois, on renonce même à l’écrit: la tendance est à la messagerie vocale. En quoi consiste donc le travail d’un graphologue à notre ère numérique? «Cela fait de très nombreuses années déjà que l’on me demande avant tout de comparer des écritures, et rarement de les analyser. Je réponds surtout à des questions sur l’authenticité de signatures et, parfois, de textes manuscrits. Et là, le travail ne manque pas! La signature a en effet perduré jusqu’à nos jours. Que ce soit sur une carte postale ou une lettre commerciale, la missive se termine toujours par une signature personnelle. Mes clients sont notaires, avocats, CEO ou responsables de PME, mais aussi des privés. En général, ils me contactent au sujet d’une éventuelle falsification de documents.»
 

Rien n’est plus individuel

L’écriture manuscrite va-t-elle disparaître? Hanspeter Küng se risque à un pronostic: «Je crois que la prise de note manuscrite stimule la créativité autrement que son pendant numérique. Et puis, si je doute que l’écriture manuscrite disparaisse de nos vies, c’est pour une autre raison encore: l’aspiration généralisée à l’individualité. Or, qu’y a-t-il de plus individuel que l’écriture?»

L’écriture manuscrite pourrait-elle même vivre une renaissance? Reprenons donc à l’occasion le temps d’écrire une lettre à la main. Le destinataire s’en réjouira sûrement. Sinon, nous risquons de voir bientôt notre personnalité analysée en fonction de notre police d’écriture préférée. Comic Sans vous salue! 

Maria van Harskamp

Hanspeter Küng

Après des études de philosophie, Hanspeter Küng suit une formation en graphologie à Fribourg-en-Brisgau. En 1974, il ouvre son cabinet de graphologie à Berne (en allemand). Outre des expertises graphologiques pour entreprises et personnes privées, il propose des conseils en lien avec la gestion de carrière et du parcours professionnel. Parmi ses publications, on peut citer l’article «Ist das schriftpsychologische Verfahren seriös?» (La psychologie de l’écriture, une affaire sérieuse?), paru en 2005 dans la revue Zeitschrift für Schriftpsychologie und Schriftvergleichung, ou encore «Der Drogensüchtige – sein Weltbild in seinem Schriftbild» (Le toxicomane: sa vision du monde dans son écriture), paru en 1973 dans la revue Graphologische Rundschau, Zeitschrift für wissenschaftliche Graphologie.

Qu’est-ce que la graphologie?

L’analyse graphologique fait partie du diagnostic psychologique. Cette discipline s’intéresse à la manière dont une personne écrit, et non à ce qu’elle écrit. «Pour moi, l’écriture manuscrite est la trace, figée, d’un mouvement et découle de processus vitaux. Elle livre des indices sur la personnalité d’un individu, un peu comme son langage, ses mimiques ou ses gestes», explique le graphologue Hanspeter Küng. Peu importe les qualités esthétiques d’une écriture. Ce que l’on interprète ici, c’est bien plus le rythme fondamental, le tempo d’un écrit.

Enquête

«Que pensez-vous de flash, le magazine destiné à la clientèle de la BCBE? Participez sans tarder à l’enquête et, avec un peu de chance, gagnez l’un des cinq bons de BERNcity d’une valeur de 50 francs mis en jeu.»

Participez maintenant

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations