« Les Bernois sont lents »

C’est du moins ce qui se dit. Mais est-ce vrai ? Les Bernois parlent certes plus lentement que les Suisses en général. Ce que l’on sait moins, c’est que les Grisons sont presque aussi lymphatiques.

3,8 kilomètres à l’heure. C’est la vitesse – ou plutôt la lenteur – moyenne d’un Bernois déambulant au centre-ville. Voilà ce qui ressort d’une étude quasi scientifique publiée en 2007 par le psychologue anglais Robert Wiseman. Comparé à d’autres citadins, les Bernois se traînent… Il n’y a qu’au Malawi et au Bahreïn que les piétons sont encore plus lents. À l’autre extrême, les Singapouriens « courent » à travers leur ville-État à 6,2 kilomètres à l’heure. Ils sont les plus rapides du monde.

Le rythme des Bernois à la marche est plutôt lent par rapport au reste de la Suisse aussi. Dans leur étude intitulée « Speed of Life : Wie schnell läuft ein Schweizer ? » (Rythme de vie : à quelle vitesse marche un Suisse ?), des étudiants de l’EPF relèvent que les Zurichois sont les piétons les plus rapides et les Bernois, les plus lents. Mais en vérité, les différences sont minimes.

Qu’en est-il vraiment de la légendaire lenteur bernoise? Nous avons posé la question directement aux Bernoises et aux Bernois.

Cinq syllabes à la seconde

Dans une étude menée à l’Université de Zurich, le linguiste Adrian Leemann a montré qu’à Berne, les habitants parlaient plus lentement que dans le reste de la Suisse. En comparant la vitesse du discours de Zurichois, de Valaisans, de Grisons et de Bernois, il a constaté que là où les Zurichois et les Valaisans étaient capables de prononcer six syllabes à la seconde, les Bernois n’en articulaient que cinq. « Une syllabe par seconde, ça n’a l’air de rien, explique le chercheur. Mais cela représente environ quatre à cinq phrases de moins à la minute pour un Bernois que pour un Zurichois. » Mais pourquoi les Bernois parlent-ils donc aussi lentement ? Selon Adrian Leemann, c’est parce que dans le dialecte bernois, le Bärndütsch, les voyelles sont allongées, surtout la dernière syllabe des mots.

Aux Grisons, on prend aussi son temps

Contrairement à ce que l’on croit souvent, les habitants des Grisons parlent presque aussi lentement que les Bernois. « Avec 5,2 syllabes à la seconde, ils ne sont guère plus rapides que les Bernois. Et dans le dialecte grison, les voyelles sont également tenues plus longtemps », rapporte Adrian Leemann. Pourtant, on ne fait pas autant cas de la lenteur des Grisons que de celle des habitants de la ville fédérale.

C’est que le dialecte bernois paraît tout simplement plus lent aux oreilles des auditeurs, parce que le Bärndütsch est plus sonore que d’autres dialectes. Il a un son plus plein car il contient moins de consonnes. « À Berne, les consonnes sont souvent vocalisées comme dans ‹ Milch › qui devient ‹ Mi ouch ›, ou ‹ mol › qui devient ‹ mo ou », explique le chercheur. En outre, lorsqu’un mot comme « anders » se prononce « anguers », l’effet est aussi beaucoup plus sonore. Il n’est donc pas étonnant que le reste du pays taquine les Bernois pour leur lenteur. De plus, l’impression subjective qui reste après une visite à la capitale est qu’ici, personne ne se presse. Nulle trace de stress. Cependant la lenteur a aussi ses avantages, car le stress chronique rend malade. Il est par exemple à l’origine de cauchemars, de problèmes digestifs, de troubles du sommeil et d’hypertension.

Les Zurichois sont plutôt en bonne santé

Mais ce n’est pas pour autant que les habitants du canton de Berne se sentent mieux. Près de 87 % des Bernois se déclarent subjectivement en bonne santé, ce qui situe le canton légèrement au-dessus de la moyenne suisse, qui est de 86,7 %. Ceux qui se sentent en meilleure santé, malgré qu’ils soient les plus rapides de Suisse, sont les Zurichois qui déclarent à 89 % se sentir très bien dans leur corps et dans leur tête.

Texte : Alexandra Kohler

Ce texte est paru le 31 mars 2014 dans la Neue Zürcher Zeitung (NZZ).

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

3 novembre 2019, 10h15, Centre des congrès Kursaal, Interlaken
3 novembre 2019, 16h00, KKThun, Thoune
9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

22 octobre 2019, Turbensaal Bellach, Bellach 
23 octobre 2019, centre de rencontre du siège de Bienne (en allemand)
23 octobre 2019, Schloss Hünigen, Konolfingen 
29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld
5 novembre, Saalbau, Kirchberg
13 novembre, Hotel Interlaken, Interlaken Ost

Foire de l’immobilier

Du 31 octobre au 2 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne

Saint-Nicolas de la BCBE à Tramelan

4 décembre, siège de Tramelan

Santarun à Berne

29 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne