C’est la fête tous les matins

Alors que d’autres sont encore dans les bras de Morphée, Simon Moser, présentateur de la matinale à Radio Energy Bern, déborde déjà d’énergie. Rendez-vous avec un lève-tôt qui ne l’a pas toujours été.

Il y a à Berne une heure où on se croirait dans un petit village de montagne endormi. À l’aube, juste avant 5h, les rues de la capitale helvétique sont encore désertes: ni trams, ni piétons, pas âme qui vive. Derrière le pont de la Lorraine, dans un ancien bâtiment en briques, un homme s’active: Simon Moser presse sur les dernières touches, et c’est parti pour «Energy Mein Morgen», une émission radio de cinq heures qu’il anime en direct avec son acolyte Michel Schelker. Leur mission? Aider les Bernoises et les Bernois à se lever d’un bon pied. Pour une fois, ils ont invité au studio radio un Bâlois, le voyant Mike Shiva. «Comment est-ce que je vais m’en sortir financièrement après notre séparation?», lui demande un auditeur. L’excentrique voyant agite la carte de la richesse. «Tout va bien se passer, ne t’en fais pas.» Heureusement, car à cette heure très matinale, une autre réponse aurait gâché la journée de cet auditeur.

La première heure passe ainsi, ponctuée de jeux, de morceaux de musique, de flashs météo et de saillies caustiques. Simon Moser démarre son émission, frais comme un gardon, l’esprit vif et alerte, grâce à son rituel du matin éprouvé: dix minutes de méditation avant d’enfourcher son vélo à 4h30. «L’air frais du petit matin finit de me réveiller complètement.»
 

 

Amuser la galerie en toute franchise

Il est déjà 6h30, le dernier tube du chanteur bernois Luca Hänni passe à l’antenne. Trois minutes qui vont permettre à Simon Moser de s’adonner à un autre rituel: se préparer une tasse de thé. «J’en bois jusqu’à six chaque matin, plus trois fois du café et un bircher.» Le temps aussi d’évoquer sa passion pour la radio, toujours intacte après de nombreuses années de métier, et d’insister sur le fait que lui et son assistant ne se cantonnent pas dans le rôle de bouffons de la radio. «Plus qu’amuser simplement la galerie, nous voulons être honnêtes: lorsqu’un sujet nous énerve, nous le disons sans détour.» Un coup d’œil à sa montre lui rappelle qu’il va devoir reprendre l’antenne dans quelques secondes. Simon Moser se précipite vers le studio. «C’est ainsi, je n’ai parfois même pas le temps de boire mon thé.»

Mike Shiva mélange une fois encore ses cartes. «Comment se présentent mes prochaines vacances en famille?», l’interroge Simon Moser. Le voyant tire la carte symbolisant la sécurité et la stabilité. «Tu vas passer du bon temps avec ta famille. Rien ne viendra perturber votre bonheur.» Encore une bonne nouvelle. Ce qu’on ne sait pas forcément, c’est que derrière cette émission qui met de bonne humeur au saut du lit, il y a beaucoup de travail. Et pas uniquement celui d’une équipe de jusqu’à dix personnes qui cherchent jour après jour des thèmes et idées pour de nouvelles chroniques. Le plus gros du travail, c’est dans la tête de Simon Moser qu’il s’est fait: «Lorsque j’ai commencé la radio à 20 ans, j’étais l’exact opposé d’un lève-tôt.» Mais le Bernois savait pertinemment que c’était ce qu’il voulait faire. «La matinale, c’est la Ligue des champions radiophonique.» C’est l’heure où les auditeurs sont le plus attentif, où l’animateur n’est pas qu’un simple présentateur de chansons, raconte Simon Moser qui, à ses débuts, pensait qu’une émission du soir lui aurait bien mieux convenu.


Un boulot qui fait perdre la notion du temps

Aujourd’hui, 18 ans plus tard, Simon Moser tient un discours différent: «J’apprécie le matin, il a quelque chose de magique.» Désormais, il se lève tôt même lorsqu’il est en congé. «À cette heure du jour, le ‹bonjour› du boulanger est encore sincère.» Cela dit, à maintenant 38 ans, il admet qu’il ne rajeunit pas non plus en racontant des blagues durant toute la matinée. «Dans mon boulot, on vieillit prématurément. Le sommeil est un thème récurrent.» Cinq à six heures par nuit, plus une heure à midi. Néanmoins, la question de l’âge n’est pas primordiale à ses yeux. «Quand on aime son boulot, on peut le faire pendant de longues années.»

Il est 7h30, Mike Shiva a tiré ses dernières cartes. C’est l’heure de la chronique où les auditeurs sont invités à commenter des expressions souvent mal employées. Quelle est la signification de «faire une coupe sombre»? «Être d’humeur ombrageuse, non?» «Abattre des arbres la nuit?», se demande un autre auditeur. Derrière sa table de mixage, Simon Moser s’amuse ainsi pendant deux heures à écouter les réponses parfois farfelues. L’émission touche à sa fin, mais pas la journée de travail de Simon Moser et Michel Schelker: ils doivent encore préparer le programme du lendemain, de nouveaux podcasts et des histoires pour les réseaux sociaux.

Des journées bien remplies, heureusement qu’il y a le week-end pour se reposer. «Se reposer? Moi?», peut-on lire sur le visage du présentateur de la matinale la plus écoutée de Berne. En fin de semaine, Simon Moser fait le DJ de sa propre soirée. Il commence alors le travail à une heure où, habituellement, il est déjà couché. «Le lundi matin, je suis toujours en décalage horaire.» Ce doit être le lot de quiconque a déjà tout fait le matin. Il ne lui reste plus qu’à dompter la nuit.

«Energy Mein Morgen»: matinale avec Simon Moser et Michel Schelker, du lundi au vendredi, de 5 à 10h sur Radio Energy Bern.

Podcast de divertissement «Die Sprechstunde mit Moser & Schelker»: tous les samedis, une nouvelle suite sur les plateformes telles que Spotify et iTunes.

Texte: Marc Perler

Agenda

Manifestations de la BCBE

Agenda à jour et inscriptions: bcbe.ch/manifestations

Concerts de lʼOrchestre des jeunes musiciens bernois (VBJ)

3 novembre 2019, 10h15, Centre des congrès Kursaal, Interlaken
3 novembre 2019, 16h00, KKThun, Thoune
9 novembre 2019, palais des Congrès, Bienne

Séances d’information de la BCBE consacrées à la planification de la retraite

22 octobre 2019, Turbensaal Bellach, Bellach 
23 octobre 2019, centre de rencontre du siège de Bienne (en allemand)
23 octobre 2019, Schloss Hünigen, Konolfingen 
29 octobre 2019, centre de formation de la BCBE, Berne-Liebefeld
5 novembre, Saalbau, Kirchberg
13 novembre, Hotel Interlaken, Interlaken Ost

Foire de l’immobilier

Du 31 octobre au 2 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne

Saint-Nicolas de la BCBE à Tramelan

4 décembre, siège de Tramelan

Santarun à Berne

29 novembre, centre de rencontre de la BCBE, Place Fédérale, Berne