Avancer pas à pas

Attacher ses chaussures, prendre son sac à dos et marcher: la plupart des Suisses se promènent régulièrement en montagne, sur les chemins de campagne ou sur des routes solitaires. La randonnée fait partie de notre culture, tout comme le fromage ou le chocolat. Néanmoins, peu de personnes savent qu’une partie du chemin de Compostelle passe par notre pays. Nous nous sommes donc mis en route pour vous faire part de nos expériences.

375 heures, 1707 kilomètres: voilà ce qui sépare Berne de Saint-Jacques de Compostelle en Espagne, selon Google. Le chemin passe via Genève en direction de Lyon, Conques et Moissac, puis traverse la frontière avec l’Espagne pour rejoindre Pampelune, Burgos, Léon, Ponferrada et finalement Saint-Jacques de Compostelle. C’est là que se trouve la tombe de Jacques le Majeur. Vous ne le connaissez pas? Il était l’un des douze apôtres de Jésus et a donné son nom au célèbre pèlerinage.
 

Saint-Jacques montre le chemin

Le chemin de Compostelle, bien sûr. Par là, on entend principalement el Camino Francés, le chemin français, qui relie les Pyrénées à Saint-Jacques de Compostelle par le nord de l’Espagne sur 800 kilomètres environ. Depuis 1993, il fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais bien d’autres chemins sillonnent l’Europe et certains passent par la Suisse. Aujourd’hui, c’est à notre tour de mettre nos chaussures de randonnée. Nous n’atteindrons pas l’Espagne, mais nous emprunterons le trajet qui va de Krauchthal à Berthoud en passant par Zimmerberg.
 

Gravé dans la pierre

À peine nous sommes-nous mis en route que nous tombons sur des déviations: un détour par une carrière de pierre retirée? C’est tentant! Nous prenons ce détour et marchons sur un chemin étroit qui traverse des pâturages et des bois avant d’arriver à la carrière. Nous passons entre les falaises de roche qui nous surplombent telles des portes somptueuses. Notre regard est attiré vers le haut, les flancs de pierre sont infinis, le ciel semble si loin. Cette ambiance mystique convient bien à notre balade; de vieux outils à l’entrée de la carrière sont les témoins d’un lointain passé, où le grès était encore brisé au prix d’un travail manuel pénible.
 

  • Difficile de s’imaginer que ces morceaux de grès étaient autrefois brisés au prix d’un travail manuel pénible.

  • La traversée de la forêt jusqu’au sommet de Chrüzflue invite à la méditation.

  • Nos efforts sont récompensés: nous avons trouvé le soleil et pouvons contempler le paysage.

  • Nous avons fait l’étape qui relie Krauchthal à Berthoud.

  • Peu avant avoir rallié Berthoud, nous avons trouvé un endroit magnifique pour manger notre pique-nique.

  • Nous sommes à un jet de pierre de Berthoud. Allez, encore un petit effort!


Des forêts et des arbres

Nous commençons à avoir froid et souhaitons retrouver les doux rayons du soleil. Mais nous devons continuer à monter à travers la forêt, en enjambant des racines et des rochers, pour atteindre Chrüzflue à 687 mètres d’altitude. Nous sommes alors récompensés par une magnifique vue panoramique et par un endroit idéal pour faire une pause: nous faisons une brève halte dans un pavillon intime pour profiter du calme et boire un peu d’eau avant de revenir sur le chemin de Compostelle. Nous continuons notre route à travers les bois d’Eiberg, une montée raide qui met nos mollets à rude épreuve. Arrivés en haut, nous contemplons la vue qui s’étend bien au-delà des collines de l’Emmental. Mais pas le temps de faire de pause: nous avons encore un long chemin à parcourir.

Nous marchons donc en suivant le profil du terrain, la plupart du temps à travers de magnifiques forêts: Eybergwald, Dieterswald ou encore Pleerwald. Nous revenons sans cesse sous le couvert rafraîchissant des arbres, ce qui nous donne une légère chair de poule. Les clairières sont baignées des rayons du soleil; nous entendons des oiseaux et, de temps en temps, un bruissement. L’atmosphère est calme, même quelque peu mystique et mystérieuse. Et d’une certaine façon puissante. Nos mouvements continus sont propices à la méditation; nous sommes rarement aussi silencieux qu’aujourd’hui. Nous progressons pas à pas, uniquement dans le but d’avancer. À 714 mètres d’altitude, nous arrivons à Zimmerberg, un haut plateau abritant des fermes chargées d’histoire, niché entre les vallées d’Unterbergen et de Luterbach.
 

Évoluer en marchant

Comment est-ce d’emprunter un chemin de pèlerinage? Ressent-on quelque chose de différent? Est-ce plus spirituel? Un petit peu, pour nous en tous cas. Cela tient avant tout au fait que nous sommes conscients de nous trouver sur un chemin très spécial. Nous faisons plus attention à ce qui nous entoure. Aurions-nous vécu les choses de la même façon si nous n’avions pas su quel chemin nous empruntions? Qui sait… Ça n’a aucune importance sur le moment.

Nous passons Schupposen et, enfin, Gansern. Peu avant la gare de Berthoud-Steinhof, le chemin longe une superbe prairie. A-t-on le droit de cueillir des fleurs? Nous préférons éviter. Nous arrivons bientôt au but: Steinhof ne se trouve qu’à un jet de pierre et nous pouvons déjà voir le château de Berthoud en arrière-plan. Mais avant de faire un détour par la ville, nous nous arrêtons pour manger notre pique-nique bien mérité sous un arbre magnifique, ce qui nous permet d’échapper encore un instant à l’agitation du quotidien.

Laura Marti

Pourquoi les gens partent-il en pèlerinage?

Un pèlerin est une personne qui se trouve à l’étranger. Ce mot vient du latin peregrinus. Les pèlerins ont emprunté et empruntent le chemin de Compostelle pour différentes raisons: en guise de punition, pour éviter des châtiments en obtenant une indulgence, dans l’espoir d’un miracle ou d’une guérison physique ou psychique, par désir d’introspection spirituelle ou simplement pour le plaisir de marcher. Alors qu’en 1970 il n’y avait que 68 pèlerins, 347 538 personnes ont parcouru, en 2019, la totalité du chemin de Compostelle, les parties qui traversent l’Espagne ou, au moins, les 100 derniers kilomètres, à pied, à cheval ou à vélo.

Newsletter

Abonnez-vous à l’édition en ligne du magazine flash et ne ratez ainsi aucun numéro.

S'abonner maintenant

Feedback

Avez-vous des questions ou des réactions? N’hésitez pas à nous en faire part.

Écrire un message

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations

Séminaires de la BCBE

Vue d’ensemble des séminaires organisés aux différents ateliers de la BCBE: bcbe.ch/atelier