Une nouvelle vie pour les vieux vélos

Il y a les vélos qui servent à arriver plus rapidement d’un point A à un point B. Et puis il y a les vélos de Velafrica. Ceux qui les enfourchent sont sûrs d’avancer – et aussi ceux qui les réparent.

À vos selles, prêts, partez! Le vélo permet d’avancer… que ce soit pour les petites tâches du quotidien et pour beaucoup d’autres choses. En Afrique, par exemple: là-bas, une grande partie de la population ne se déplace qu’à pied. Le vélo permettrait de transporter trois fois plus de marchandises en un quart de temps; ou de réduire chaque jour de quatre bonnes heures le trajet jusqu’à l’école; ou encore d’approvisionner les malades en biens médicaux essentiels beaucoup plus rapidement.

Beau projet, n’est-ce pas? Il est déjà en partie devenu réalité! Tout a commencé dans un bâtiment au calme et quelque peu dissimulé à Liebefeld, près de Berne: l’atelier d’exportation de Velafrica. Au plafond, des roues de vélos mises au rebut; de tous côtés, des pièces de rechange disposées dans des caisses remplies à ras bord. Des mécaniciens affairés. «Au sein de notre atelier, nous recyclons d’anciens vélos qui ne sont plus utilisés en Suisse et les préparons pour être acheminés en Afrique», explique Matthias Maurer, co-directeur de Velafrica.
 

Une partie d’un projet d’envergure

Des vélos de toutes sortes sont posés sur des pieds d’atelier, de la confortable bicyclette pour femmes au V.T.T. Freins, chaînes, selles et dérailleurs: tout est inspecté et remis en état dans la mesure du possible. Les deux-roues trop endommagés sont envoyés au dépôt de pièces détachées. Les bons jours, les mécaniciens donnent une nouvelle vie à 40 vélos, environ 4000 par an. L’atelier de Liebefeld n’est qu’une partie d’un projet d’envergure: Velafrica gère 34 ateliers partenaires dans toute la Suisse. Cette année, 22 000 vélos devraient être exportés.

La centrale de la banlieue bernoise est aussi le lieu où tout a commencé, il y a plus de 25 ans: à l’époque, de premiers vélos usagés ont été remis en état par l’entreprise sociale Drahtesel, puis l’aventure s’est transformée en succès avec Velafrica. À ce jour, quelque 24 000 vélos ont trouvé des repreneurs reconnaissants. Mais promouvoir la mobilité à bicyclette en Afrique n’est pas l’unique objectif: il s’agit aussi de faire avancer les choses et de créer de meilleures perspectives en Suisse. Velafrica est un projet d’intégration.

Tous les ateliers partenaires sont des institutions à vocation sociale. Velafrica collabore même avec quelques établissement pénitentiaires. Le site de Liebefeld emploie uniquement des personnes issues de la migration, réfugiées reconnues ou admises à titre provisoire. Parmi elles, Hyscent Zowku. Ce Camerounais a quitté son pays il y a deux ans. Depuis, beaucoup de choses se sont passées. «Velafrica occupe une grande place dans mon cœur; travailler ici m’a permis de tracer ma voie en Suisse.» Le jeune homme de 26 ans a acquis de l’expérience professionnelle dans un nouveau domaine, il a appris l’allemand et s’est construit une vie dans son nouvel environnement.
 

  • Chaque année, Velafrica reçoit plusieurs milliers de vélos de donateurs. Ils sont stockés dans l’atelier d’exportation.

  • Dans l’atelier à Liebefeld, la remise en état des vélos est confiée exclusivement à des requérants d’asile.

  • Hyscent Zowku, originaire du Cameroun, effectue un préapprentissage de mécanicien de vélo auprès de Velafrica.

  • Les vélos remis en état remplissent chaque semaine un container.

  • Le projet d’intégration est le fruit d’une collaboration avec des partenaires locaux en Afrique.

  • Des vélos inutilisés en Suisse trouvent preneurs en Afrique.


Un projet profondément social

La plupart des requérants d’asile passent trois à six mois à Liebefeld en qualité de stagiaires. Parfois plus, à l’instar d’Hyscent Zowku, qui suit un pré-apprentissage d’un an pour devenir mécanicien de vélo. Fort de cette expérience, le jeune homme fait déjà partie des réparateurs chevronnés. «Au départ, j’avais souvent besoin que l’on m’aide», se remémore-t-il. «Aujourd’hui, c’est moi qui guide les nouveaux collègues et c’est un sentiment formidable». Petit à petit, les novices assimilent le métier et finissent par inspecter les vélos d’occasion de A à Z. Ils peuvent compter sur le soutien d’autres collègues expérimentés, du responsable d’atelier aux civilistes qui accomplissent leur service à Velafrica.

S’engager sur le plan social pour construire un avenir meilleur: cette aspiration transparaît tout au long de la chaîne logistique. Les repreneurs des vélos sont des partenaires de sept pays, de la Tanzanie à Madagascar, qui proposent eux aussi des places de formation à l’échelle locale. Même si, parfois, on ne s’apporche de son objectif qu’à petits pas ou que le chemin est pavé d’incertitudes.

Hyscent Zowku achèvera prochainement son préapprentissage dans l’atelier d’exportation de Liebefeld sans savoir si sa demande d’asile sera approuvée. Le co-fondateur Matthias Maurer est toutefois convaincu que Velafrica aide les gens à aller de l’avant. Et si l’on tient compte du fait qu’un vélo exporté bénéficie à plusieurs utilisateurs, les chiffres sont des plus impressionnants: «À ce jour, nous avons amélioré la mobilité et facilité la vie d’environ un million de personnes.»

Marc Perler

Ne laissez pas vos vieux vélos dormir à la cave!

L’entreprise sociale Velafrica dépend des dons, et avant tout des dons de vélos. Si vous avez un vélo inutilisé dans votre cave, faites une bonne action et déposez-le gratuitement dans un des 400 points de collecte de Suisse. Pour trouver le point de collecte le plus proche de chez vous, utilisez le moteur de recherche de Velafrica.

Newsletter

Abonnez-vous à l’édition en ligne du magazine flash et ne ratez ainsi aucun numéro.

S'abonner maintenant

Feedback

Avez-vous des questions ou des réactions? N’hésitez pas à nous en faire part.

Écrire un message

Agenda

Manifestations de la BCBE

Remarque: en raison du coronavirus, il se peut que des manifestations soient annulées ou reportées selon l’évolution de la situation. Vous trouverez les informations à jour et les formulaires d’inscription sur: bcbe.ch/manifestations

Séminaires de la BCBE

Vue d’ensemble des séminaires organisés aux différents ateliers de la BCBE: bcbe.ch/atelier